A Vernier, des méthodes pas communes !

La campagne pour les élections municipales est lancée ! En ce qui me concerne, il s’agit de ma troisième campagne. Fort de mes expériences acquises, je suis candidate pour siéger à l’exécutif de la mairie de Vernier en tant que conseillère administrative.

Preuve en est, ne voyez vous pas ces derniers temps vos élus multiplier les conférences de presse pour annoncer un quelconque nouveau projet révolutionnaire ? Au final, au mieux, ce n’est qu’une simple mise en place d’une mesure découlant du bon sens. Celle-ci aurait dû être mise en place bien avant et ce, sans fanfaronnade aucune. J’en veux pour preuve, dernièrement la presse a été convoquée par l’un des trois magistrats actuels de Vernier. Malgré que cinq journalistes aient été avisés, un seul n’ayant rien d’autre à se mettre sous la dent, n’a daigné publier la nouvelle… Cela s’appelle ni plus, ni moins, un gros flop. D’ailleurs, si l’on tape les mots clés sur Google, on arrive uniquement et directement sur le blog personnel d’un  conseiller administratif sortant !  Vous pensez que c’est pathétique … ? Je vous rejoins.

Ce ne sont évidemment pas les seuls agissements peu appropriés commandés par la peur de perdre son siège. Certains sont prêts à mettre en avant des soi-disant mesures en faveur des jeunes, la participation à des ateliers pour repenser votre quartier, la mise sur pieds de débats sur des thèmes d’actualités. In fine, ces effets de manche servent uniquement à promouvoir la campagne et la visibilité de nos chers élus actuels, C’est de bonne guerre, me direz vous… Ferai-je pareil à leur place ? Eh bien, non ! J’estime qu’il y a une différence de taille : Je n’arrive pas à concevoir l’utilisation de l’argent public, soit vos impôts, pour promouvoir ma réélection. Rappelez vous, en 2011, les ainés étaient les « élus » : quelques semaines avant la  distribution de l’enveloppe des votations, ils ont reçu par un pur hasard, un joli présent de leur maire. Cette année, ce sont les 18 – 25 ans qui sont ciblés. Ils reçoivent, à leur tour, un joli geste du magistrat sous la forme d’un bon qui leur donne droit à un cours. Coïncidence, quand tu nous tiens… Au surplus, si vous participez aux ateliers pour repenser votre quartier, vous pourrez apercevoir un magistrat distribuer des flyers pour sa campagne. Ces manœuvres peuvent paraître louables, cependant je considère cela comme inapproprié. Tout cet argent gaspillé pour servir la cause de gens qui n’ont qu’un but : se faire réélire. Au fond, doit-on accepter que peu nous importe la manière ou l’éthique, seul l’objectif final compte

Faire une pleine page dans la Tribune de Genève pour parler du porte-à-porte en cours pour demander aux étrangers de ne pas oublier leurs droits et d’aller voter. Laissez-moi rester dubitative du bien fondé de leurs intentions premières.  J’ai également lu le livre décrivant la campagne de ce cher président français. Rien de révolutionnaire. Enfin rien que le MCG Vernier n’ai fait durant toute la législature 2011-2015. Nous sommes restés proches des résidents, ceci régulièrement durant toute la législature. Nous avons invités les verniolan(e)s à des rendez-vous dans les restaurant de la commune pour partager et comprendre leurs problèmes et attentes qu’ils ont pour mieux vivre sur Vernier. Ces dizaines de réunions ont eu lieu : au restaurants Bellevue à Vernier-Village, à La Croisette sur la route de Vernier, soit dit en passant rouverte depuis, au Paradox au cœur des Avanchets, à la Cité des Vents à Gordon-Benett ou encore à la Brasserie du Lignon, j’en oublie certainement. Des moments de partage, d’écoute, sans pour autant faire de la propagande politique. Etre proche de notre population c’est être accessible et disponible à tout moment pour leurs besoins et non les nôtres, et pas uniquement à la veille des élections.

Il est évident que chaque parti politique se doit à la veille des élections de rappeler aux électeurs qui a fait quoi et pourquoi et si pour certains tous les moyens  sont permis lors de ces campagnes électorales, c’est de bonne guerre, je le conçois, mais  l’utilisation des privilèges de l’élu en place par le biais des finances publiques, nonobstant qui sont je vous le rappelle des plus fragiles, m’apparaît des plus affligeant et déloyale.

Comme dit le dicton « c’est à ses manières que l’on se doit de juger un homme » je vous laisse donc seul juge.

De la parole aux actes, il n’y a qu’un pas : l’action.

Avec le MCG, ensemble bâtissons notre avenir, unis construisons notre futur, votons toutes et tous pour le MCG

Listes n° 5 ! 

Des hommes et des femmes  d’actions qui agissent !

Ana Roch

Ana Roch